CLIQUEZ 

 SOLIVAGE

   Quelle est la dimension maximale permise d’un trou dans une solive?

RÉPONSE

Maximum 1/4 (25 %) de la hauteur de la solive.

EXPLICATION

Effectuer des trous dans une solive de façon aléatoire et contraire aux tolérances prescrites, en diminue grandement sa performance structurale.

Par exemple, dans une pièce de 2 x 10 po (38 x 235 mm) le diamètre maximal permis est d’environ 2 5/16 po (58 mm) alors que pour une pièce de 2 x 8 po (38 x 190 mm) le trou maximal permis est d’environ 1 7/8 po (48 mm).

Également, aucun percement ne peut être exécuté à moins de 2 po de l’appui de la solive.

Bref, contrairement aux poutrelles de plancher, les solives tolèrent très peu les percements. Si les charges ont été calculées sans tolérances, cela engendrera des conséquences structurales considérables.

                   CLIQUEZ

REMONTÉE PAR CAPILLARITÉ

La remontée d’humidité par capillarité, est un phénomène physique, donc une aspiration vers le haut d’une certaine quantité d’eau. Ce phénomène, mis en évidence par la loi de Jurin, est lié à la porosité des matériaux de construction.

Il s’agit d’observer les piliers de pont en béton alors que ceux-ci engendrent des eaux aux courants plutôt vigoureux, pour se rendre compte que le ciment est « mouillé » à une hauteur plus élevé que le niveau de l’eau, sans pour autant qu’il y ait eu d'éclaboussure au préalable.

En général, tout matériau en maçonnerie (ciment, brique, béton,…) présente un certain niveau de perméabilité aux liquides comme l’eau, sont sujet à ce phénomène.

C’est donc grâce à cette susceptibilité hydraulique, que l’humidité va remonter dans les murs enfoncés dans les sous-sols en périodes d’humidité,

Les structures enterrées à plus de 1,50 mêtre de hauteur en sont généralement  concernées 

                 CLIQUEZ

LA DÉFLEXION

La déflexion ou "LA FLÈCHE"défini de cette façon :  L / 360 pour les carreaux de moins de 13", L / 480 pour les carreaux jusqu’à 18" et L / 720 pour la pierre naturelle et les carreaux excédant 18" X 18". 

Le tout fait référence à la courbure ou à l'affaissement du plancher sous la charge appliquée.

 Cela peut se produire en raison de divers facteurs, tels que la conception et la construction du bâtiment, la surcharge, les mouvements du sol, etc.

La déflexion est généralement mesurée en termes de variation de niveau ou d'affaissement vertical du plancher. 

Dans l'ensemble, la déflexion au plancher est un aspect important à prendre en compte lors de la conception et de la construction d'un bâtiment, car cela peut avoir un impact significatif sur la durabilité et la sécurité structurelle du bâtiment.

Logo

RBQ  :     5756-9832-01

CCQ  :        804 067                                                                                                                                                                                      TEL : 438-826-8677  

                                                                                                                                                                                                                       info@carrelagebg.ca                                                                                                                                                                                                                         

2018-2024 © Copyright Tout droits réservés

We need your consent to load the translations

We use a third-party service to translate the website content that may collect data about your activity. Please review the details and accept the service to view the translations.